@BretEastonEllis : le casting de The Canyons prend forme

Cela fait quelques jours déjà que le producteur @Braxtonpope m’inonde d’emails, demandant mon avis sur le casting de son prochain film : The Canyons, réalisé par Paul Schrader. Emails auxquels je réponds volontiers, après visionnage d’essais filmés de jeunes acteurs et actrices aussi sexy que talentueux. Oui, tu l’auras compris, je pèse dans l’industrie du cinéma. Enfin, comme les 1050 backers qui ont lâché des pépètes sur le projet Kickstarter du film.

L’important, c’est le tweet qui est tombé ce matin sur le compte de BEE, ici scénariste. Deux des rôles principaux viennent d’être attribués. Et je n’y suis pour rien…

@BretEastonEllis

S’il n’y a aucune surprise du côté de James Deen – Ellis tweetait haut et fort qu’il voulait l’acteur porno dans le rôle de Christian –, retrouver Lindsay Lohan à l’affiche de The Canyons est une excellente nouvelle. L’actrice habituée aux scandales se refait actuellement l’abricot avec le personnage d’Elizabeth Taylor dans le téléfilm Liz & Dick. Elle sera parfaite pour amener le grand public dans les salles obscures, à la sortie du film – qui reste un rejeton du ciné indé US.

Seul Hollywood pouvait nous offrir une scène de cul entre James Deen et Lindsay Lohan !

Une brève description des deux personnages ?

Christian :

Christian is handsome, fit, a power player and major manipulator. He lives off a trust fund which pays for a house on the beach and dabbles in such avocations as film producing. But mainly it pays for his hedonistic life style. Christian enjoys setting up three-ways and filming them. Yet, despite his philandering ways, he is possessive about his current live-in girlfriend, Tara.

Tara :

Tara, formerly a model, now arm candy, is “beautiful and withdrawn.” She has spirit and intelligence but somewhere along the way she has sold her pride for the material comforts Christian can provide. Lead role.


@dnlsrll et Haneke leu leu

@dnlsrll

La 65e édition du Festival de Cannes s’est close hier soir, avec un palmarès d’un consensuel absolu. Alors oui, difficile de contester la Palme d’or qui semble méritée. L’émouvant Amour de Michael Haneke serait en effet le plus abouti des films de la sélection. [Quand Anne, octogénaire, est victime d’une petite attaque cérébrale, l’amour qui l’unit à son mari, Georges, se voit ébranlé…] Le cinéaste autrichien y pose la question de l’altération du temps, de la famille, des liens… En 2009, il remportait la Palme d’or avec le terrible Le Ruban blanc. REBELOTE. Et c’est ce REBELOTE qui me chiffonne. Les autres récompenses sont d’ailleurs revenues à des vieux de la vieille abonnés à Cannes [Ken Loach, again, really ?].

Quand on a un Wes Anderson, un Leos Carax, un Jacques Audiard et un Jeff Nichols qui défient les lois du 7e art, on est en droit de contester les choix désuets, auteuristes et confortables du jury de Nanni Moretti. Donc on conteste. Les tweets-attaques et les tweets-hourra se chamaillent et s’en vont – qu’ils s’en aillent ! Ouf, le cinéma 2.0 se joue aussi du côté de l’#humour. Et cette formidable intervention de Diane Lisarelli [« TOUT LE MONDE S’ÉCLATE, HANEKE LEU LEU (pardon). »] nous rappelle bien que tout ÇA reste une affaire de divertissement.


#Polanski va-t-il accuser comme #Zola ? (via @baphometx)


@baphometx

Non, je ne connais pas l’alphabet grec, mais sur Twitter, les #hashtags forment un langage sans frontières. Depuis quelques heures, c’est #Polanski qui se balade de comptes français en comptes grecs, anglais, espagnols, allemands […], transportant une news #ciné de taille : Roman va adapter l’affaire Dreyfus en long-métrage, avec l’aide de l’excellent scénariste Robert Harris.

Étrangement, ce scandale social et politique de la fin du XIXe siècle a très peu été traité au cinéma. Le dernier en date : I accuse de l’Américain José Ferrer (1957). Cinquante ans plus tard, Roman Polanski rouvre donc un dossier complexe aux vastes possibilités artistiques ; le tournage de D devrait débuter fin 2012.

Et parce qu’un bon tweet ne vient jamais seul…

@ldreyfus


@MK2Cinema : le Festival de Cannes pointe le bout de sa péloche à Paris

@MK2Cinema

La première édition de « Cannes à Paris » aura lieu au cinéma MK2 Bibliothèque durant le weekend de clôture du festival, du 25 au 27 mai 2012. Cette initiative, mise en place par @lemondefr, @Trois_Couleurs et @Canalplus avec le soutien de Gilles Jacob et @THIERRYFREMAUX, permettra aux cinéphiles parisiens, malheureux de ne pouvoir fouler le tapis rouge, de visionner des films issus de la sélection officielle (une quinzaine environ) dans la grande salle du MK2 Bibliothèque, chaque jour à partir de 8 h 30.

En plus des places à la séance, des pass seront disponibles à partir du 16 mai (pass intégraux et pass à la journée) pour profiter pleinement de cette fantastique opportunité.

J’allais presque oublier la cerise sur le gâteau ! La cérémonie de clôture sera retransmise en direct (toujours dans la grande salle du MK2 Bibliothèque). Que du bonheur en perspective.

Pour en savoir plus, allez faire un tour sur le site MK2, ici.


@hitRECordJoe : Papa est servi


@hitRECordJoe

À 31 ans, Joseph Gordon-Levitt, starlette du cinéma indy américain, se met à la réalisation avec un premier film intitulé Don Jon’s Addiction. Le pitch : un Don Juan des temps modernes accro à la pornographie online souhaiterait devenir moins égoïste…

Et comme l’indique le tweet de JGL, Tony Danza devrait endosser le rôle du père. Ouais, Tony Danza aka Tony Micelli dans Who’s the boss [Pony Danza pour les intimes ; suis mon regard ].

D’après l’article paru in Variety, Jo’ interprèterait le personnage principal de sa comédie noire. Scarlett Johansson et Julian Moore seraient aussi de la partie. Bien ouéj. Monsieur ne se prive de rien.


@FdC_officiel : sélection officielle du Festival de #Cannes2012


@FdC_officiel

L’excitation est palpable au sein de la rédaction. @FdC_officiel va entamer son LT de la conf de presse de la prochaine parade cannoise. Ça s’agite, tout le monde y va de son commentaire, et surtout de ses pronostics. Il aura suffi d’à peine quelques minutes pour que l’équipe de tweets cassés – @ArianePicoche, @Flodzy, @ThomJTailor et @iambossnigger – transforme les locaux de @7e_tweet en tripot clandestin.

Voilà, la sélection officielle du 65e Festival de Cannes est tombée, on l’a ramassée en plein vol. Moonrise Kingdom de Wes Anderson en ouverture, Thérèse Desqueyroux de Claude Miller en clôture (joli hommage au cinéaste décédé récemment… R.I.P. l’artiste). Et entre les deux, en compétition, hors compétition & co : un peu de Resnais, Audiard, Cronenberg, Kiarostami, Loach, Carax, Dolan ou encore Delépine et Kervern… Ça sent très bon.


@allocine tweete sur #Terminator5


@allocine

Come with me if you wanna lol.

On plonge pas dans une fosse de plus de 11 000 mètres sans séquelle. James Cameron en est la preuve puisqu’il suggère qu’Arnold Schwarzenegger, 64 piges et la déco qui part en sucette depuis un bout de temps, reprenne son personnage de robot mixeur de boyaux dans Terminator 5. Il conseille cependant à Schwarzy de n’accepter le rôle qu’à condition que le futur navet, enfin le film quoi, soit « centré sur son personnage » (propos cités dans l’article d’AlloCiné).

Il semblerait que le réalisateur des deux génialissimes (ouais et j’t’emmerde) premiers volets, rêve de voir la franchise rouler un peu plus dans la boue, voire dans la graisse de feu les gros muscles saillants de papy Arnold. Selon lui, il y aurait « encore de grandes, belles et inexplorées histoires à raconter sur le T-800 ». Ouais, je sais pas trop t’as vu.

Toujours est-il que les absents ont toujours tort et vu que James ne participera pas, il ferait mieux de retourner s’occuper de ses schtroumpfs de l’espace.