Festival de #MonteCarlo2012 : @allocine tweete tout ce qui bouge


@allocine

Avant-dernier jour du 52e Festival de télévision de Monte-Carlo. Depuis le 10 juin, l’envoyé spécial d’AlloCiné s’en donne à cœur joie, commentant [et photographiant] chaque passage de star TV avec un enthousiasme de gosse et beaucoup de points d’exclamation. Beaucoup.

Emily VanCamp, Melissa Rauch, Rocky Carroll, Mayim Bialik, Eva Longoria, Eva La Rue, Chad Michael… Ils passent tous à la moulinette de son live-tweet. Et j’ai choisi d’en sauver un : le comédien Nathan Fillion alias Richard Castle dans la très bonne série policière Castle [diffusée sur France 2 depuis 2010 et sur l’Internet depuis toujours].

Sur cette twitpic cadrée à la sauvette, il a ce petit sourire débonnaire qui m’incite, comme le community manager d’AlloCiné, à verser dans un certain fanatisme… Pas de typographie excessive pour conclure cet article, mais un smiley HAPPY, certainement. 🙂


@BrettRatner et Albert sont à Monaco, Brett tombe à l’eau…

@BrettRatner

Brett Ratner est sans doute l’un des réalisateurs américains les plus insignifiants à qui Hollywood accorde encore du fric. Cite-moi un de ses films pour voir ? Ouais, c’est le mec qui a tourné Rush Hour 1, 2 et 3. C’est aussi celui qui a offert un rôle au dépassé Eddie Murphy dans Le Casse de Central Park, en 2011 (rigolo, mais oubliable). Une main tendue : Brett donne / dépense sans compter.

En ce moment même, il flambe à Monaco et sa TL empeste le fumeux. Twitpic, twitpic, twitpic. De tout, de n’importe quoi. Du Prince Albert qui est devenu son super buddy ou encore d’un toutou en laisse – il adore les bulldogs. Sa vie = à l’image de ses histoires = facile(s).


@dnlsrll et Haneke leu leu

@dnlsrll

La 65e édition du Festival de Cannes s’est close hier soir, avec un palmarès d’un consensuel absolu. Alors oui, difficile de contester la Palme d’or qui semble méritée. L’émouvant Amour de Michael Haneke serait en effet le plus abouti des films de la sélection. [Quand Anne, octogénaire, est victime d’une petite attaque cérébrale, l’amour qui l’unit à son mari, Georges, se voit ébranlé…] Le cinéaste autrichien y pose la question de l’altération du temps, de la famille, des liens… En 2009, il remportait la Palme d’or avec le terrible Le Ruban blanc. REBELOTE. Et c’est ce REBELOTE qui me chiffonne. Les autres récompenses sont d’ailleurs revenues à des vieux de la vieille abonnés à Cannes [Ken Loach, again, really ?].

Quand on a un Wes Anderson, un Leos Carax, un Jacques Audiard et un Jeff Nichols qui défient les lois du 7e art, on est en droit de contester les choix désuets, auteuristes et confortables du jury de Nanni Moretti. Donc on conteste. Les tweets-attaques et les tweets-hourra se chamaillent et s’en vont – qu’ils s’en aillent ! Ouf, le cinéma 2.0 se joue aussi du côté de l’#humour. Et cette formidable intervention de Diane Lisarelli [« TOUT LE MONDE S’ÉCLATE, HANEKE LEU LEU (pardon). »] nous rappelle bien que tout ÇA reste une affaire de divertissement.


#Polanski va-t-il accuser comme #Zola ? (via @baphometx)


@baphometx

Non, je ne connais pas l’alphabet grec, mais sur Twitter, les #hashtags forment un langage sans frontières. Depuis quelques heures, c’est #Polanski qui se balade de comptes français en comptes grecs, anglais, espagnols, allemands […], transportant une news #ciné de taille : Roman va adapter l’affaire Dreyfus en long-métrage, avec l’aide de l’excellent scénariste Robert Harris.

Étrangement, ce scandale social et politique de la fin du XIXe siècle a très peu été traité au cinéma. Le dernier en date : I accuse de l’Américain José Ferrer (1957). Cinquante ans plus tard, Roman Polanski rouvre donc un dossier complexe aux vastes possibilités artistiques ; le tournage de D devrait débuter fin 2012.

Et parce qu’un bon tweet ne vient jamais seul…

@ldreyfus


Michel Gondry a 49 ans (via @Thibuch)


@Thibuch

Le 8 mai = célébration de la fin de la Seconde Guerre, jour férié tant apprécié, et anniversaire de Michel Gondry, L’UN DES CINÉASTES QUI A CHANGÉ MA VIE.

C’est le twitto cinéphile @Thibuch qui, à cette occasion, te suggère de [re]découvrir ses clips. C’est moi qui t’ordonne de regarder Be kind rewind [une déclaration d’amour faite au #cinéma – art ludique et populaire] pour t’échauffer, et Eternal sunshine of the sptoless mind [un voyage dans les méandres de l’esprit humain et de la mémoire] pour passer à la vitesse supérieure.

Pourquoi ce petit ton autoritaire ?

Parce que TOUT, dans ses pubs, ses clips musicaux [pour Björk, Daft Punk, The Chemical Brothers, The White Stripes…], ses longs-métrages fictionnels et documentaires, ses projets culturels et participatifs [L’Usine de films amateurs qui a été installée au Centre Pompidou en 2011 par exemple], TOUT trahit une curiosité et une inventivité presque enfantines, une folie, un onirisme, une modernité, un désir de #partage qui inspirent. Parce que tu n’es pas obligé d’aimer, mais que ce serait con de ne pas connaître.

Tiens, Taxi Drivers suédé par Michel Gondry ; ça résume bien le personnage…


@iznogoodgood : Vivement dimanche !



@iznogoodgood

Mercredi = journée des sorties. De nouveaux films sont entrés sur le marché, donnant naissance à leur bébé hashtag [#AmericanPie4, #MarginCall, #LaCabaneDansLesBois…]. OUI, MAIS Twitter n’a d’yeux que pour le #débat qui va opposer @NicolasSarkozy et @fhollande dans quelques minutes. Jusqu’au 6 mai : politique > cinoche.

Est-ce donc la résignation, l’impatience ou la passion Michel Drucker qui a poussé Monsieur @iznogoodgood à tweeter la belle affiche de Vivement dimanche !, dernière réalisation de François Truffaut ? Une chose est sûre, cette Tour Eiffel miniature que le bonhomme hors champ essaie d’éviter, fait subtilement penser à la claque que se prendra l’un des deux candidats à la présidentielle.


La Vérité si je mens feat @NicolasSarkozy (via @LTuffery)

@LTuffery

À défaut d’un brin de muguet et dans un élan de #partage, j’ai choisi de t’offrir cette #twitpic racoleuse pour sanctifier le 1er mai, fête du « vrai travail ». Mon petit côté hippie.

C’est Laura Tuffery [chroniqueuse #cinéma sur www.culturopoing.com] qui a paré sa TL de ce splendide photomontage qui réveille en moi le souvenir douloureux d’une trilogie signée Thomas Gilou et d’un quinquennat signé Nicolas Sarkozy.

D’ailleurs, du titre de l’article à la parodie visuelle, les analogies entre ces trois comédies gueulardes et l’actuel Président français pullulent sur l’Internet. Il n’y a qu’à se servir.

Tu vas me dire : et François Hollande, dans tout ça ?

Eh bien, Google met 0,07 secondes de plus à trouver 11 000 résultats de moins. Je pourrais tenter une analyse socio-psycho-mathématique, mais aujourd’hui je ne bosse pas, désolée.