@dnlsrll et Haneke leu leu

@dnlsrll

La 65e édition du Festival de Cannes s’est close hier soir, avec un palmarès d’un consensuel absolu. Alors oui, difficile de contester la Palme d’or qui semble méritée. L’émouvant Amour de Michael Haneke serait en effet le plus abouti des films de la sélection. [Quand Anne, octogénaire, est victime d’une petite attaque cérébrale, l’amour qui l’unit à son mari, Georges, se voit ébranlé…] Le cinéaste autrichien y pose la question de l’altération du temps, de la famille, des liens… En 2009, il remportait la Palme d’or avec le terrible Le Ruban blanc. REBELOTE. Et c’est ce REBELOTE qui me chiffonne. Les autres récompenses sont d’ailleurs revenues à des vieux de la vieille abonnés à Cannes [Ken Loach, again, really ?].

Quand on a un Wes Anderson, un Leos Carax, un Jacques Audiard et un Jeff Nichols qui défient les lois du 7e art, on est en droit de contester les choix désuets, auteuristes et confortables du jury de Nanni Moretti. Donc on conteste. Les tweets-attaques et les tweets-hourra se chamaillent et s’en vont – qu’ils s’en aillent ! Ouf, le cinéma 2.0 se joue aussi du côté de l’#humour. Et cette formidable intervention de Diane Lisarelli [« TOUT LE MONDE S’ÉCLATE, HANEKE LEU LEU (pardon). »] nous rappelle bien que tout ÇA reste une affaire de divertissement.

Publicités


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s